L'ANNUAIRE

INSERM U927 Laboratoire Ischémie Reperfusion en Transplantation Rénale

 

COORDONNEES

DIRIGEANT

  • Pr Gérard MAUCO

ACTIVITÉ PRINCIPALE

Ischémie-réperfusions en transplantation d’organes : amélioration des conditions de conservation et donneurs limites.

EFFECTIFS / ORGANISATION

17 enseignants - chercheurs, 1 chargé de recherches CNRS, 8 étudiants en thèse, 6 techniciens et 2 ingénieurs

HISTORIQUE

Laboratoire INSERM U927 Ischémie-réperfusions en transplantation d’organes : amélioration des conditions de conservation et donneurs limites. 18 chercheurs.

L’ischémie-reperfusion tient une place prépondérante lors des transplantations d’organes. Classiquement, la conservation des greffons se fait à 4°C dans des solutions hyper-potassiques ce qui entraîne des lésions nuisibles pour la survie à long terme. La pénurie de donneurs amène à rechercher des organes obtenus dans des conditions actuellement considérées comme peu satisfaisantes (donneurs limites). Actuellement se met en place la possibilité d'utiliser des organes de donneurs décédés par arrêt cardiaque, et conservés sur des machines de perfusion ad hoc.

COMPÉTENCES

Thèmes de la recherche : Améliorer les conditions de conservation des organes et permettre d’utiliser ces organes en conditions limites qui ne sont pas -ou peu- utilisés, actuellement, pour les greffes. - Approche in vivo/ex vivo. En auto-transplantation rénale nous testons des solutions de conservation originales, incluant des colloïdes (polyéthylène glycols) et une composition saline de type extra-cellulaire, à laquelle nous ajoutons les molécules susceptibles d’agir sur les mécanismes biochimiques étudiés dans le volet biologique : anti-oxydants, modificateurs du métabolisme, anti-coagulants.... Nous développons une approche très proche de la clinique humaine au cours de nombreuses collaborations académiques mais aussi avec des partenaires industriels, en particulier dans le cadre des donneurs décédés par arrêt cardiaque qui posent des problèmes particuliers. Dans ce cadre nous sommes en contrat avec les 3 fabriquants de machine à perfusion, utilisées en clinique humaine. La spectroscopie RMN-HR-MAS est utilisée largement pour une approche métabolomique. - Approche in vitro. Le déclenchement de la mort cellulaire et son évolution lors de l’hypoxie et de la ré-oxygénation, ainsi que les réactions inflammatoires et la fibrose à moyen et long terme (j'usqu'à 3 mois post-greffe en routine) sont évalués par différentes techniques d'anatomo-cytopathologie et un large panel d'expression de gènes allant de réponses immédiates à des réponses secondaires et lointaines. In vitro nous disposons des techniques de mise en culture primaire de cellules de tubules rénaux et de l'arbre artériel rénal, ce qui nous permet de démonter plus aisément les mécanismes physio-pathologiques impliqués dans la réponse à l'hypoxie et à la ré-oxygénation.

PARTENAIRES

Inserm, INRA, Université de Poitiers, Faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers, FLIRT (Fédération de Laboratoires sur l'Ischémie-Reperdusion en Transplantation, regroupant des laboratoires nationaux et européens autour de la thématique), Maco-Pharma, Biocydex, GSK, Astra-Zeneca, Waters, Organ Recovery...

POINTS FORTS

Techniques/équipements d’intérêt :
- Autotransplantation rénale chez le porc avec différents modes de conservation
- Ischémie-reperfusion rénale par clampage du pédicule artério-veineux chez le rat (et le porc)
- Spectroscopie par résonance magnétique nucléaire proton, C13 et P31 sur liquides biologiques et biopsies
- Analyse de l'expression de gènes par PCR "temps-réel" et western-blotting sur tissus ou en cultures cellulaires
- Analyse anatomo-cytopathologique des de la structure des organes, immuno-histo-chimie, microscopie électronique, microscopie confocale
- Surexpression de gènes sur cultures cellulaires
- Lecteur de plaques multi-technologies : absorption UV-visible, fluorescence, luminescence
- Chromatographie gaz et liquide couplé à la spectroscopie de masse

PLAN D'ACCES

  • © Biopôle Santé de Poitiers. Document imprimé sur le site web http://www.biopole-sante.com le 18/04/2014 à 12:45